top of page

Bienvenue sur  Leclerc Consulting Group

  • LinkedIn
  • Facebook
  • Youtube

Stratégie commerciale Canadienne pour l'Afrique

L'occasion pour le Canada en Afrique est énorme. À ce jour, les discussions sur la diversification des échanges se sont souvent concentrées sur la région Asie-Pacifique compte tenu de l'essor bien documenté de la classe moyenne asiatique. Si cette région doit rester une priorité, l'Afrique mérite l'attention compte tenu de son potentiel de croissance important et sous-estimé. Il ne sera tout simplement pas possible d'atteindre l'objectif de diversification commerciale du Canada sans une stratégie pour l'Afrique.

Alexis LECLERC
September 29, 2023
3 min de lecture

Crédit image © par senat-brg.ca, La sénatrice Amina Gerba (centre).

l'AfCFTA Prosper Africa Ciuriak Consulting

Au cours des dernières années, le Canada a fait de la diversification du commerce une priorité clé. Dans son Énoncé économique de l'automne 2018, le gouvernement fédéral s'est engagé à faire du Canada une économie plus connectée à l'échelle mondiale en augmentant les exportations outre-mer de 50 % d'ici 2025.


L'occasion pour le Canada en Afrique est énorme. Une analyse économique commandée par le Business Council of Canada suggère que si le Canada saisissait les opportunités en Afrique, nos exportations vers la région pourraient atteindre 6,6 milliards USD en 2030, ce qui représente un potentiel de croissance d'environ 4,1 milliards USD au cours de la prochaine décennie.


Alors que la croissance varie à travers le continent, l'Afrique abrite six des 10 économies à la croissance la plus rapide au monde. Cela ne signifie pas que l'image est entièrement rose. En fait, trois des plus grandes économies d'Afrique, l'Afrique du Sud, le Nigeria et l'Angola, connaissent des défis économiques graves et uniques qui freinent la croissance continentale. Malgré ces défis, le continent continue de croître à un rythme de 3,6 %. Non seulement ce taux est plus rapide que la moyenne mondiale, mais de nombreux économistes s'attendent à ce que la croissance de l'Afrique s'accélère dans les années à venir.


La population relativement jeune et en croissance rapide de l'Afrique devrait contribuer à soutenir la croissance dans un avenir prévisible. Cela contraste avec de nombreuses parties du monde avancé et en développement qui connaissent ou connaîtront une population vieillissante et une main-d'œuvre en diminution. La population africaine en âge de travailler devrait passer de 700 millions aujourd'hui à un milliard d'ici 2030. Au cours de la même période, la population totale passera de 1,2 milliard à 1,7 milliard.


À mesure que la population augmente, le nombre d'Africains de la classe moyenne augmente également. D'ici 2030, 212 millions d'Africains subsahariens feront partie de la classe moyenne, soit une augmentation de 86 % par rapport à 2015. Le McKinsey Global Institute prévoit que la consommation des ménages passera de 1 400 milliards de dollars en 2015 à 2 000 milliards de dollars en 2025. Bien qu'une grande partie de cette la consommation totale viendra des ménages les plus aisés (revenu annuel de 50 000 $), de nombreux Africains deviendront des consommateurs émergents ou des consommateurs mondiaux, gagnant entre 5 000 et 50 000 USD par an. Ces consommateurs sont en mesure de dépenser au-delà de leurs besoins de base.


Crédit image © par afriqueexpansionmag, Commerce Canada-Afrique : une plateforme pour la prospérité.


Pour que ce développement soit possible, on s'attend à ce que davantage d'Africains se déplacent vers les villes où il y a plus d'emplois productifs et mieux rémunérés. Près de 200 millions de nouveaux citadins sont attendus d'ici 2025. À cette époque, l'Afrique devrait être la région qui s'urbanise le plus rapidement au monde et, d'ici 2045, elle aura une population urbaine plus importante que la Chine ou l'Inde. Le taux et l'étendue de l'urbanisation seront transformateurs et pourraient rendre les consommateurs africains plus connectés au marché mondial.


En outre, si elle est mise en œuvre avec succès, la récente ratification de l'Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA) a le potentiel de stimuler le commerce intra-africain et de faciliter l'accès des exportateurs au marché africain. Cela ne peut être réalisé qu'avec de nouveaux investissements importants dans les infrastructures régionales, la mise en place d'un tarif extérieur commun, une harmonisation économique plus approfondie et l'entrée dans le commerce transfrontalier formel de milliers d'entreprises africaines qui deviendront des partenaires potentiels pour les fournisseurs internationaux d'intrants de production et les services aux entreprises.


Une étude de Ciuriak Consulting sur la performance commerciale du Canada avec l'Afrique révèle que même si la croissance africaine s'est considérablement accélérée, le Canada prend du retard par rapport à d'autres concurrents sur le marché. La croissance régulière au cours des deux dernières décennies a permis à l'économie de l'Afrique subsaharienne (ASS) d'approcher 4,8 billions de dollars en termes de parité de pouvoir d'achat. Si l'on y ajoute les économies maghrébines d'Afrique du Nord, ce chiffre s'élève à 7 500 milliards de dollars américains. Cette croissance a attiré l'attention des plus grandes économies mondiales :

·       L'Union européenne a négocié des accords de partenariat économique avec des pays africains ;

·       La Chine est fortement investie dans la région par le biais de son Initiative Ceinture et Route ;

·       Les États-Unis ont le projet Prosper Africa, qui est une réaction à l'expansion des relations de la Chine avec l'Afrique ;

·       En octobre 2019, la Russie a organisé un sommet avec les dirigeants africains à Sotchi.


Le Canada devrait continuer à bâtir et à renforcer sa relation avec le continent africain, en tenant particulièrement compte du fait que :

·       Le Canada a gagné un haut niveau de confiance dans de nombreux pays africains. Ce qui manque, c'est une approche coordonnée avec les parties prenantes pour développer et exécuter une stratégie économique et de développement commune.

·       Le Canada a joué un rôle important en fournissant une assistance technique à l'AfCFTA. Compte tenu de cette histoire et de son expertise dans les négociations commerciales, le Canada doit continuer à fournir un soutien technique pour aider l'AfCFTA à atteindre son plein potentiel. Cela a l'avantage supplémentaire de placer le Canada en première ligne pour négocier un accord commercial avec l'AfCFTA si une union douanière est réalisée.

·       Les chefs d'entreprise et politiques canadiens doivent établir des visites et des engagements réguliers de haut niveau pour élaborer une stratégie africaine sérieuse.

·       Les entreprises et le gouvernement canadiens doivent élaborer des plans à long terme pour l'Afrique et s'engager sur le marché pendant au moins une décennie.

Pour que le Canada joue un rôle important dans le développement de l'Afrique, une action coordonnée du gouvernement canadien et de la grappe industrielle canadienne est essentielle !


Crédit image © par reseausoutien.org, Lancement du SACII2022.


Le Canada a besoin d'une stratégie globale pour l'Afrique. Les opportunités en Afrique sont tout simplement trop grandes pour être ignorées. Un plus grand engagement commercial ne suffira pas à lui seul. Des actions coordonnées du gouvernement et des entreprises seront nécessaires si le Canada veut jouer un plus grand rôle dans le développement de l'Afrique.


Pour l'ensemble des économies africaines, les exportations du Canada vers la région pourraient atteindre 5,3 milliards USD en 2025 (selon une étude de Ciuriak Consulting). Cela représente un potentiel de croissance d'environ 2,8 milliards USD au cours de la prochaine demi-décennie. Pour toutes les économies africaines combinées, les exportations du Canada vers la région pourraient atteindre 6,6 milliards de dollars en 2030. Il s'agit d'un potentiel de croissance d'environ 4,1 milliards de dollars au cours de la prochaine demi-décennie.


En négligeant sa relation économique avec l'Afrique, le Canada rate une occasion importante d'élargir son commerce avec l'un des marchés émergents les plus prometteurs au monde. La combinaison d'une forte croissance économique et de l'expansion du commerce dans la région en raison de l'AfCFTA, de nouvelles infrastructures commerciales et de la propagation rapide du commerce électronique crée des opportunités majeures et significatives pour les entreprises canadiennes.

0

Alexis LECLERC

3 Min de lecture

Gestion de projets dans le secteurs de la santé

Les projets d'infrastructure dans le secteur de la santé comptent parmi les bâtiments les plus complexes...

Alexis LECLERC

3 min de lecture

La Françafrique en 2023

Dans son discours du 27 février 2023, le constat d'une Afrique en mutation pousse le président de la République Emmanuel...

Alexis LECLERC

4 min de lecture

Cybersécurité & Intelligence Artificielle

L’intelligence artificielle devrait nous aider à éliminer pour toujours la mesure...

Derniers articles

Nous contribuons à la croissance de plusieurs d’entreprises.

À propos de nous

Avec plus de 30 ans d'expérience en affaires sur le continent nord-américain ainsi qu'en Europe et maintenant au Moyen-Orient et en Afrique, Leclerc Consulting Group fournit des services de Conseil intégrés en Gestion de Contrats, Gestion de Projets de Produits, Chaîne d'Approvisionnement, Gestion des Technologies de l'Information et Digitalisation, Logistique & Transport, Transformation Organisationnelle, Gestion de Chantier et de Construction et enfin en Gestion du Capital Humain.